Lexique de la danse orientale

Lexique de la danse

Quelques termes souvent utilisé dans le monde de la danse orientale comme certains rythmes, instruments, mouvements, styles. Voici un lexique non-exhaustif afin de s’y retrouver.

A

Accent – l’accent, en musique, est un élèment de la structure qui se démarque du reste de la composition. Un danseur peut décider de refléter certains des accents qu’il entend, avec son corps. Il y a plusieurs façons de faire des accents dans la danse, selon le genre.

Arabesque – dans le ballet, c’est une position dans laquelle une jambe est tendu derrière en angle droit. Le torse plié vers l’avant et les bras tendus. Une version modifiée de l’arabesque est utilisée dans certains style de danse orientale comme le Sharki par exemple. Le mouvement est inspirée par le pas classique, mais les jambes ne sont pas levées aussi haut. Cela peut être fait pieds plats ou sur demi-pointe.

Ayoub – Rythme de 2 coups inégals avec le plus fort accent sur le dernier compte. 

Cliquez ici pour entendre un clip sonore  Ayoub.

B

Baladi –  D’autres orthographes  Beledi, Beledy, et Balady. En arabe, les gens qui ont déménagé de leurs maisons rurales vers la ville utiliseronent ce mot pour désigner «mon pays», «mon village» ou «ma ville natale». Les gens de la ville, à leur tour, peuvent l’utiliser de façon péjorative pour désigner les gens qui viennent de la campagne. Dans la danse orientale, le mot baladi a plusieurs significations différentes. Certaines personnes, en particulier aux États-Unis, utilisent ce mot comme une autre manière de nommer le rythme maqsoum, qui est un rythme folklorique. Demander à un musicien de jouer un «baladi» signifie que vous demandez une chanson basée sur ce rythme.

Cliquez ici pour entendre le rythme Baladi

C

Canon – une structure dans laquelle un mouvement est commencé par un danseur et ensuite répété à l’identique par les danseurs suivants, l’un après l’autre.

Chiftitelli – Une autre orthographe est chiftetelli. Le mot a pris plusieurs sens. Dans l’une de ses significations, il se réfère à un certain rythme  turc qui est en 8/4 temps. (8 battements pour une mesure, un quart pour un compte.) Il peut également s’appeller « wahad e noss » ou « dar e noss » (« 1 & 1/2 » ou « hit & 1/2 » ). Il y a deux façons principales de jouer le rythme chiftitelli: une chanson rapide, énergique, optimiste ou une mélodie lente, hypnotique et sensuelle. Les Grecs épellent ça Tsiftetelli , et en Grèce ce mot se réfère non seulement à la définition musicale du mot mais est également utilisé pour signifier « danse orientale » en général. C’est pourquoi de nombreux enregistrements grecs destinés à la danse orientale contiennent le mot « tsiftetelli » sur l’étiquette

Cliquez ici pour écouter le rythme Chiftitelli

Chorégraphie – le «design» d’une pièce de danse; toutes les séquences de pas, de motifs et de mouvements constituant une pièce de danse et qui peuvent être répétées de la même manière ou de manière similaire dans différentes exécutions d’une même pièce.

Choo-Choo ou Shu-shu shimmy – Un tremblement exécuté sur la pointe des des pieds, où les hanches sont repoussés grâce aux piétinement au sol. 

D

Debke ou Dabke. C’est une danse folklorique. Il implique un jeu de jambes complexe. Le haut du corps est tenu dans une position fière.

F

Felahi – Simple rythme répétitif à 4 temps des Felahin (ou fermiers) de la région du Delta du Nil. Largement utilisé dans la musique folklorique  et dans le Baladi.

Cliquez ici pour écouter le rythme Felahi 

G

Gallabiya –  Ce mot se réfère à une robe longue.Le terme se réfère également aux robes en coton que beaucoup d’hommes en Egypte portent encore aujourd’hui pour la vie quotidienne au lieu de chemises avec des pantalons.

Ghawazee – Ce terme se réfère à la tribu des Tsiganes qui se sont installés en Egypte. (Le singulier est Ghaziya.) Lorsque les Ghawazee furent bannis du Caire en 1834, ils s’installèrent dans le sud de l’Egypte. Leurs musiques, leurs styles de danse, leurs vêtements et autres attributs culturels sont nettement différents de ceux du Saidi, qui étaient les autochtones du sud de l’Égypte. 

H

Hafla – Cela se réfère essentiellement à une fête. Une hafla privée implique généralement de la musique du Moyen-Orient (parfois des musiciens en train de jammer, parfois juste de la musique enregistrée), des danseurs et des danses ouvertes pour se lever et profiter de la musique. Un hafla plus public peut être effectivement un festival de danse orientale, avec des vendeurs et un spectacle de scène plus formel.


Hagallah – Cette délicieuse danse folklorique vient des tribus bédouines de la région nord-ouest de l’Egypte, près de la frontière de la Libye. De part son mouvement caractéristique il est intégré régulièrement dans certains styles de danses orientales.

K

Kanoun – Parfois orthographié Kanun ou Qanun . C’est un instrument de musique, commun en Turquie et dans les pays arabes. Son cadre en bois est conçu pour reposer à plat sur une surface telle qu’une table ou les genoux de l’interprète, et les cordes à travers lui sont arrachées pour produire la mélodie.

Karsilama  – C’est un rythme musical turc, en 9/8. Cela signifie qu’il y a 9 temps pour une mesure. Les accents se produisent sur les temps 1, 3, 5 et 7. En turc, cela signifie « face à face », et il y a une danse folklorique turque sur cette musique qui implique des partenaires dansant les uns avec les autres face à face. Certains danseurs aiment utiliser un karsilama comme finale, parce que c’est un rythme très rapide et très excitant.

Cliquez ici pour entendre le rythme Karsilama

Kebir – Rythme à 8 temps, utilisé dans l’intro orientale complexe et dans les solos de batterie. C’est l’un des rythmes qui convient le mieux pour mettre en valeur les accents  et permet de nombreuses variations de mouvements et de motifs. 

Cliquez ici pour entendre le rythme Kebir

Khaleegy –  Parfois Khaleeji ou Khaliji. En arabe, ce mot signifie «golfe» et on l’utilise pour désigner les styles de musique et de danse du golfe Persique et de la péninsule arabique  :  Arabie Saoudite, Koweït, Bahreïn, Qatar, Émirats arabes unis et Oman. Il utilise un rythme particulier que les musiciens et danseurs américains appellent souvent «saoudiens».  Le costume typique pour cette danse serait un thobe al nasha’ar porté pour couvrir vos vêtements de fête en dessous. 



M

Malfouf – Rythme irrégulier à 2 temps utilisé pour l’entrée et la sortie, haute énergie, déplacement, mouvements simples. 

Cliquez ici pour entendre le rythme Malfouf

Maqsoum – Également parfois orthographié Maksoom ou Maksoum . C’est un rythme musical arabe, et peut aussi s’appeler Masmoudi Saghir qui signifie « petit masmoudi ». (Il y a un rythme différent qui est connu sous le nom de «grand masmoudi».) Aux États-Unis, le rythme maqsoum est aussi fréquemment appelé «beledi». C’est en 4/4, ce qui signifie qu’il y a 4 temps pour une mesure et un quart pour un nombre.

Cliquez ici pour entendre le rythme Maqsoum

Maya – peux se dire aussi « 8 baladi vers le bas ». Défini la figure 8 se dessinant verticalement avec les hanches



Milaya Lef – Une charmante danse du personnage égyptien qui représente les femmes des quartiers baladi du Caire ou de la ville méditerranéenne d’Alexandrie. Au Caire, on portent la Galabiya  traditionnelle , tandis qu’à Alexandrie, nous voyons les influences occidentales modernes dans leur robe contrastée. Ceux-ci sont couverts par le grand « châle » noir ou melaya , que les dames utilisaient stratégiquement pour équilibrer la pudeur et le flirt ludique! 


Mizmar – Un instrument à vent à double anche qui est très distinctif pour son son perçant. On le retrouve beaucoup dans le style Saïdi.

Cliquez ici pour entendre du Mizmar

N


Ney – Une flûte soufflée à l’extrémité, composée d’un morceau de canne ou de roseau creux avec cinq ou six trous pour les doigts et un trou pour le pouce.

Cliquez ici pour entendre le ney


O

Oud – Un instrument à cordes en forme de poire avec un cou étroit et court et sans frettes.

Cliquez ici pour entendre de l’Oud

Q


Qanun – Un type de cithare avec une table d’harmonie trapézoïdale étroite et des cordes en nylon tendues sur un seul pont. Il est joué sur les genoux en plumant les cordes, généralement avec deux pics d’écaille.

Cliquez ici pour entendre du Qanun

R


Rababah – Un type d’instrument à cordes frottées, souvent avec une pointe au fond pour reposer sur le sol.

Cliquez ici pour entendre Rababah

Raqs sharqi – également orthographié raks sharki, signifie littéralement danse orientale en arabe et se réfère à une forme spécifique de danse. Elle mélange des mouvements de danse traditionnels du Moyen-Orient avec des influences de danse occidentale comme le ballet.

Raqs Al Assaya – Parfois orthographié Raks Al Assaya . C’est le terme arabe pour la danse de la canne. Cette danse est originaire du sud de l’Egypte, dans la région connue sous le nom de Saïd ou Haute Egypte. Traditionnellement, dans le Saïd, les hommes portaient avec eux de longs bâtons qu’ils utilisaient comme des armes, et finalement ils ont évolué une danse (voir l’entrée pour Tahtiyb ) dans laquelle ils feint de se battre avec des bâtons.

Raqs Al Shamadan –  Il s’agit d’une danse égyptienne dans laquelle la danseuse a un grand chandelier qui orne sa tête. « Shamadan » est le mot égyptien pour « chandelier ». 

S

Sagat – C’est le nom arabe pour les cymbales de doigt, et signifie « petits plateaux métalliques ». Parfois orthographié Zagat .

Saidi –  Cela fait référence à tout ce qui a à voir avec la région de Saïd en Egypte. La région de Saïd est également connue sous le nom de «Haute-Égypte» et est située dans la partie sud du pays. Raqs al assaya (la danse de la canne) est originaire du Saïd. 

Saz – Ceci est un instrument à cordes turc en forme de gourde, ressemblant à un luth seulement avec une base plus petite. Il a des frettes dont les positions peuvent être ajustées, permettant au musicien d’obtenir des quarts de quart variables. Différentes maqams nécessitent que les frettes soient réglées dans différentes positions. Le saz était l’ancêtre du bouzouki grec.

Cliquez ici pour entendre saz


Samaai – Un beau rythme de 10 temps qui est commun dans la musique arabe classique et relativement récemment incorporé dans la musique de danse orientale. 

Cliquez ici pour entendre rythme samai


Shaabi – Traduction arabe directe de « du peuple »Dans les pays d’Afrique du Nord du Maghreb (Maroc, Tunisie et Algérie), ce terme désigne les formes de danse folklorique. Cependant, en Egypte ce terme est venu à être interprété comme la version modernisée du Raqs Baladi comme d’abord adapté pendant le temps de la musique populaire d’Ahmad Adawiyya.

T

Taqsim –  Vous pouvez également le voir épelé Taksim, Taxsim, Taxim, ou Takasim. C’est un mot arabe qui signifie « division », et se réfère à la section de la musique où un instrument spécifique joue un solo. Le taqsim arabe est improvisé – dans un sens restreint – selon les schémas traditionnels et n’est presque jamais joué deux fois de la même manière. Musicalement parlant, tout instrument solo improvisant dans la structure arabe taqsim joue un taqsim, y compris le tambour taqsim que les danseurs appellent habituellement le solo de batterie. Cependant, les danseurs emploient souvent le terme autrement, se référant à la section de musique consistant en improvisation lente et hypnotique d’un instrument mélodique tel qu’un oud ou un kanoun.

Tarab –  Un état d’extase ou de ravissement résultant d’un investissement émotionnel dans la musique.

Z

Zurna – Il s’agit d’un type de cor utilisé dans la musique folklorique turque, qui est un membre de la famille des instruments de musique hautbois. Il produit un ton fort, très ethnique.

Cliquez ici pour entendre rythme samai


Share List

#rythmes #mouvement #lexique #dictionnaire #musique #danseorientale #instruments

© 2023 par Horizon

Créé avec Wix.com