L’incapacité de voir son niveau réel

L’incapacité de voir son niveau réel

Parfois nous avons du mal à nous positionner. Il existe cependant deux sortes de comportement face à cela : les danseurs incompétents qui pensent cependant être incroyables et les danseurs compétents qui pensent être terriblement mauvais.

À première vue, ces deux groupes semblent être opposés. Les uns sont dans un bonne dynamique et prennent du plaisirs dans ce qu’ils font, les autres sont plein d’égo et un gros sentiment de supériorité.

Mais si nous creusons un peu plus profondément, les deux groupes sont les deux faces d’une même pièce. Ils sont tous deux basés sur une incapacité à comprendre leur niveau dans le monde de la danse orientale.

L’effet Dunning-Kruger

À l’Université Cornell en 1999, David Dunning et Justin Kruger ont étudié la capacité des individus à comprendre leurs capacités et performances relatives au sein d’un groupe.

Leur motivation est basé sur un fait divers qu’il les a interpellé : Un braqueur de banque qui a mis du jus de citron sur son visage pour se «déguiser» des caméras vidéo. Son raisonnement était que puisque le jus de citron est utilisé comme encre invisible, il le rendrait invisible à la caméra.

Les résultats de l’étude ont montré que les personnes ayant obtenu de très mauvais résultats ont surestimé leur performance, tandis que les personnes les plus performantes ont sous-estimé leur performance.

Dunning et Kruger ont émis l’hypothèse que la raison pour laquelle les artistes médiocres surestimaient leur capacité était qu’ils n’avaient pas la capacité de comprendre ce qui leur manquait.

 De l’autre côté, les plus brillants ont sous-estimé leurs propres compétences parce que leurs exécution leurs semblaient facile (si c’était «facile» pour eux, cela doit être «facile» pour les autres donc ils ne sont pas forcément compétent).

Pour les deux groupes, la tâche semblait facile. La différence était de savoir si la tâche semblait facile parce qu’ils ne voyait pas leurs erreurs, ou si cela semblait facile parce qu’ils avaient tous les outils pour terminer la tâche.

Définir l’incompétence

L’incompétence signifie l’incapacité de faire quelque chose avec succès. En danse orientale, cette idée est compliquée car c’est une activité qui est lié à notre corps. Donc très difficile d’avoir le bon recul pour juger.

L’incompétence en danse se réfère à l’incapacité d’exécuter un mouvement et/ou de bien transmettre les émotions qui nous animent.

En outre, il est possible d’être compétent dans certains aspects et incompétent dans d’autres. Par exemple, les danseurs qui dégage beaucoup d’émotion mais qui ont de très mauvaises compétences de technique. Ou, vous pouvez être compétent dans vos bases, mais pas dans les mouvements avancés.

La malédiction de l’incompétence

Certains danseurs sont souvent incapables de comprendre qu’ils ont beaucoup encore à apprendre. En conséquence, ils semblent avoir de très gros ego, comme pour compenser et protéger leurs éventuelles erreurs.

Par exemple, j’ai déjà eu un élève débutant qui m’a dit  : ‘Je vais devenir le meilleur danseur dans 4 mois car je vais prendre des cours particuliers. »

Bien que j’apprécie la détermination, il n’y a  personne  qui sera le meilleur danseur en 4 mois. Car tout simplement nous restons tous des apprentis quelque soit notre niveau. Mais le nouveau danseur ne comprend pas cela parce qu’il ne comprend pas les connaissances qui lui manquent. 

Grandir dans l’incompétence

Habituellement, ce rapport complexe par rapport à l’incompétence s’installe une fois que nous sommes capables d’au moins  tenter  un mouvement avec un succès variable. Une fois que certaines parties du mouvement commencent à fonctionner, un rapport complexe avec l’incompétence peut s’installer.

La capacité de «passer à travers» les mouvements conduit à cette fausse idée que l’on est «compétent» dans le mouvement. 

Ainsi, ils passent à de nouveaux mouvements parce qu’ils pensent qu’ils ont maîtrisé les autres. Une fois de plus, une fois qu’ils sont capables de passer à travers les mouvements au niveau suivant, ils pensent qu’ils sont très compétents.

Ainsi, ils développent un ego basé sur leur conviction absolue qu’ils sont, en fait, de bons danseurs. 

La malédiction de la connaissance

De l’autre côté du spectre, vous rencontrez des danseuses qui se croient plus faibles qu’elles ne le sont ou qui pensent que ce qu’elles font est facile pour tout le monde.

Dans leur esprit, ils l’ont appris, alors ça ne peut pas être si difficile. Ils se considèrent comme n’étant pas particulièrement doués.

(L’hypothèse tacite est que si c’était si difficile, ils n’auraient pas pu l’apprendre.)

Éviter les malédictions

Il est très difficile d’éviter ces malédictions car il est si difficile de savoir quand elles vous affectent. Ce sont des malédictions qui affectent votre point de vue, ce qui signifie que vous avez besoin d’une perspective extérieure ou d’un outil d’analyse pour savoir si elles entravent votre vision.

Le moment où vous pensez avoir «tout appris» est le moment où vous êtes le plus en danger. Oui, il est possible que vous soyez vraiment compétent. Mais, rappelez-vous que la nature de cette malédiction signifie que vous ne pouvez pas connaître votre incompétence jusqu’à ce que vous l’ayez dépassé.

Cela signifie que nous sommes des juges horribles de nos propres faiblesses. D’autres sont beaucoup plus capables de les signaler – surtout s’ils sont des enseignants compétents capables d’évaluer nos forces et nos faiblesses.

Un outil utile pour éviter la malédiction de la connaissance est de repenser à votre parcours. Gardez des vidéos de vos premièrs pas sur scène peut vous aider à vous rappeler où vous avez commencé.

Rappelez-vous à quel point le renforcement des compétences consiste à partir de rien et à se forcer à garder une trace de toutes les petites choses «de bon sens» que les personnes expérimentées tiennent pour acquises.


Share List

#conseils #danse #journal #orientale

© 2023 par Horizon

Créé avec Wix.com